Projets

Nos projets

En cours

• Projet : World Heritage Nomination Support Programme in Africa.

Période : 2016 – 2019 Partenanires : AWHF, CHDA

Zone de couverture : Ce projet tous le pays africains francophones, lusophones et hispanophone au sud du Sahara

Financement : AWHF

• Projet de création d’un Centre de competences en gestion urbaine des villes patrimoniales du Bénin

Partenanires : Université Libre de Bruxelles – Belgique, Université d’Abomey-Calavi, Université Polytechnique d’Abomey.

Zone de couverture : Bénin (Villes associées: Abomey, Porto-Novo, Nikki et Natitingou)

Financement : Académie de Recherche et d’Enseignement Supérieur (ARES) - Université Libre de Bruxelles – Belgique

 

• Atelier de réflexion : « L’implication effective des communautés locales dans la gestion des biens du patrimoine culturel

Période : 2 et 3 Mars 2017

Partenaires : UNESCO

Zone de couverture : Bénin, Congo, Mali, Sénégal, Zambie

Financement : UNESCO

 

• Projet d’exposition des objets du cultue divinatoire Ifâ (Bénin)

Période : Mars –juillet 2017

Partenaires: ANPT

Zone de couverture : Bénin

Financement: Agence Nationale pour la promotion des Patrimoines et le développement du Tourisme – ANPT (Bénin) / Gouvernement du Bénin / EPA

 

• Séminaire intensif de formation en recherché historique pour doctorants et prédoctorants du Burundi, de la RDC et du Rwanda.

Période : 03 au 15 avril 2017

Programme : IMMARCH

Financement : Coopération Belge au Développement

 

• Atelier pilote-chantier école de Renforcement des capacités en conservation et valorisation des fonds photographiques en Afrique : cas du fonds prive de Cosme Dossa .

Période : 2016 - 2018

Partenaires : ICCROM

Zone de couverture : Bénin

Financement : Fonds EPA, ICCROM, EPA

 

A venir

• Villes Historiques et Développement Durable (VH2D)

Objectif Général : Contribuer à la protection et à la valorisation économique du patrimoine culturel de 5 villes historiques de l’Afrique de l’Ouest, choisies comme villes témoins, d’ici 2019, en s’inspirant des expériences des villes de Saint Louis et de Porto-Novo, tout en consolidant ces dernières Le projet a deux axes majeurs : La sauvegarde et la protection du patrimoine culturel  La mise en valeur économique

 

• Graine future

Objectif : engager un plaidoyer pour la sensibilisation des jeunes africains à la lutte contre les changements climatiques (Bénin, RDC, Burkina Faso)

Résultats attendus :

- L’éducation environnementale est renforcée dans les milieux scolaires et associatifs en vue de la protection de l’environnement, la valorisation des pratiques endogènes de conservation, et l’utilisation rationnelle des ressources biologiques. - Au moins trois clubs environnementaux sont créés et opérationnels

- les échanges de connaissance et d’expérience entre les jeunes leaders, les femmes et les adultes dignitaires de la conservation des ressources biologiques dans les aires protégées, forêts et plans d’eau sacrés sont réalisés au niveau du Bénin ; - le reboisement de nos villes et campagnes par les jeunes a démarré et est toujours en cours ;

- le partage d’expériences et de confidences dans l’approche de conservation des ressources biologiques entre les adultes et les plus jeunes a été fait et est en cours.

 

La route du retour

Objectifs : Destiné globalement à favoriser une meilleure connaissance réciproque de l’Afrique et de sa Diaspora en les rapprochant davantage, ce projet, dans une démarche scientifique, touristique et médiatique, vise respectivement à :

- valoriser les publications et recherches sur la traite des Noirs en insistant surtout les produits de cette histoire (ce qu’il en reste) et la meilleure manière d’avancer ensemble (l’avenir) ;

- mettre en place un événement destiné à réunir, chaque année, l’Afrique et sa diaspora sur un lieu fortement lié à la traite négrière ;

- attirer fortement l’attention aussi bien de la presse internationale que des chercheurs sur l’événement et à les sensibiliser sur les défis de valorisation des richesses culturelles héritées de la traite négrière.

Actions envisagées  :

Afin d’atteindre ces objectifs, les actions suivantes seront menées dans le cadre de la mise en œuvre de ce projet :

- Valorisation des publications et recherches sur la Traite négrière et la promotion des actions de réconciliation et de retrouvailles de l’Afrique et de sa Diaspora. Organisation, chaque année, d’un événement marquant.

- Médiatisation de l’événement..

Partenaires potentiels

Partenaires financiers : Union Africaine, gouvernements africains, FMPA, Centre du patrimoine mondial

Partenaires techniques : Les universités africaines, ICCROM, CERDOTOLA, OCPA, CICIBA, CHDA, Individualités/personnalités du continent et de la Diaspora (musiciens, sportifs, écrivains, hommes et femmes politiques et du monde culturel, cinéastes, etc.)

 

• Archives de l’Assemblée Nationale du Burkina-Faso

Objectifs  : Améliorer la qualité de la gouvernance au Burkina Faso à travers une gestion efficace des fonds d’archives parlementaires.

Objectifs spécifiques :

- renforcer les capacités du personnel des archives parlementaires du Burkina Faso ;

- faire un état des lieux et assurer une bonne conservation, organisation et gestion des fonds d’archives par la création de meilleures conditions de conservation (collecte, tri, classement, stockage, accessibilité, …) ;

- engager le processus de numérisation des fonds documentaires de l’Assemblée Nationale du Burkina Faso ;

- mettre en place un système de sécurisation (feu, vol et vandalisme) des fonds d’archives de cette institution ;

- mettre en place un mécanisme de sensibilisation et de promotion des archives de l’Assemblée Nationale du Burkina Faso.

Partenaires techniques et financiers : - l’Ambassade de France - la Coopération allemande à travers la GIZ ; - la Coopération Suisse ; - l’USAID ; - l’Union Européenne ; - l’Assemblée Nationale du Burkina Faso ; - la Direction des Archives Nationales du Burkina Faso ; - Gouvernement du Faso.

 

• Patrimoine et changements climatiques

L’objectif visé par ce programme est donc de mettre le patrimoine culturel au cœur de la lutte contre les changements climatiques et plus particulièrement sa capacité à s’y adapter tout en prônant une qualité de vie des Africains. Il s’agira de : 

- réaliser une étude sur l’impact du changement climatique sur le patrimoine dans ses différentes déclinaisons 

- inventorier et documenter les systèmes traditionnels de préservation des ressources naturelles 

- initier des actions de revalorisation de ces systèmes à travers la formation au patrimoine des jeunes et leur insertion dans les systèmes modernes de gestion 

- réaliser des plans de gestion du patrimoine culturel/naturel au regard de l’effet évolutif et cumulatif du changement climatique 

- promouvoir les solutions novatrices des communautés pour atténuer la pression sur l’environnement et s’adapter aux effets du changement climatique et qui représentent des sources de revenus durables.

Public Cible  : Communautés villageoise, mairie, écoles, universités, DPC, Archives, musées, association des artisans, ONG travaillant dans le domaine de l’environnement Pays cibles Guinée Bissau, Sierra Léone, République démocratique du Congo, Tchad, Centrafrique, Mali, Niger, Éthiopie, Soudan du sud, Soudan, Congo, Burkina Faso, Cote d’Ivoire, Ouganda, Libéria, Mauritanie, Kenya, Madagascar, Érythrée, Nigéria N.B : Pays essentiellement touchés par les conséquences du changement climatique, liste Tiré de Jeune Afrique, Changement climatique : la liste des 10 pays africains les plus vulnérables

Anciens

• Programme AFRICAP 2016 (2012-2016)

AfriCAP 2016 est un projet soutenu par ACPCultures+, dans le cadre du 10ème Fonds Européen de Développement (FED). AfriCAP2016 vise le renforcement des synergies et capacités opérationnelles des décideurs et professionnels du patrimoine culturel d'Afrique francophone, afin de consolider l'apport du patrimoine au développement. Nikki au Bénin, Grand Bassam ,en Côte d’Ivoire et Télimélé en Guinée ont été des villes laboratoires de ce programme respectivement et distinctement sur les projets « Mise en valeur du patrimoine de la ville de Nikki et système de génétion de revenus pour sa conservation », « Gestion des constructions et réhabilitations dans une ville inscrite sur la Liste du patrimoine mondial » et « Mise en place d’une banque culturelle ».

• Projet de Renforcement des Etablissements Culturels de l’Afrique de l’Ouest (RECAO) (2009-2011)

Le projet RECAO avait pour objectifs de susciter une dynamique qui entraîne la création au niveau régional d’un réseau d’animation et de diffusion culturelle de même que la mise en forme, l’analyse et la mise à disposition de l’information culturelle. Il entendait également augmenter les capacités professionnelles de programmation concertée d’un réseau d’établissements publics, privés ou communautaires d'Afrique de l'Ouest, répartis de préférence sur le Nigéria, le Bénin, le Togo, le Ghana et la Côte d’Ivoire, et ce au bout d’une période de 14 mois.

• Le programme « Les Musées au Service du Développement » (MSD), (2007-2011) financé par le Ministère français des Affaires étrangères et europénnes. Son objectif était d’accroître la fréquentation des musées et de leurs ressources financières (voir pages suivantes). Période: 2007- 2011 Objectif: Renforcer le rôle de la culture dans le développement humain et économique de l’Afrique subsaharienne Quelques success phares du programme:  Insertion du patrimoine culturel dans les curricula de 17 pays africains - dans 6/17, effectivité de l’enseignement des éléments du patrimoine dans les programmes scolaires  Expositions renouvelées ou expositions temporaires montées dans 10 musées  Appui à la mise en place de 02 nouvelles banques culturelles : Tanéka dans le nord du Bénin et Koutammakou, dans le nord du Togo  Participation de 140 professionnels du musée à des sessions de formation en gestion, marketing et médiation  Participation de 83 professionnels de l’éducation à des modules sur la relation Musée- école  18 mallettes pédagogiques constituées  14 parcours-jeunes mis en place  36 projets financés dans 15 pays d’Afrique subsaharienne  Exposition A comme Afrique : National Museums of Kenya et Musée National du Burkina Faso  Nouveau bâtiment polyvalent de l’EPA

• Etude pour la réhabilitation du patrimoine historique de la ville de Porto-Novo : Exemple de gestion du patrimoine immobilier au service du développement d’une ville historique

Période : Juin 2001 à Avril 2003

Partenaires : Banque Mondiale via crédit Etat béninois, budget national

Objectifs : Amorcer une dynamique de réhabilitation du patrimoine historique de la ville de Porto-Novo Renforcer et valoriser l’authenticité de Porto-Novo caractérisée par un mélange de cultures traditionnelles et moderns Créer une base de données pour les chercheurs, architectes, associations de développement et décideurs politiques Projet « Espaces publics de Porto-Novo : Inventaire, cartographie, vade-mecum, gestion urbaine » Partenaires : Fac d’archi La Cambre Horta de l’ULB, WBI, EPA, Ville de Lubumbashi, Musée de Lubumbashi Financement : Wallonie Bruxelles International

• Le Programme AFRICA 2009 : L’objectif à long terme du Programme Africa 2009, lancé en 1998 à Abidjan (Côte d’Ivoire), était d’accroître les compétences des pays de l’Afrique subsaharienne, en matière de gestion et de conservation du patrimoine culturel immobilier, et grâce à sa meilleure intégration au sein d’un processus de développement durable.

• Le Jardin des Plantes et de la Nature (JPN)

Le Jardin des Plantes et de la Nature (JPN) faisait partie du pôle des Projets spéciaux de l’EPA. Aujourd’hui, sa gestion relève du Pôle Nature et Environnement. Le JPN est l’ancienne forêt sacrée des rois de Porto-Novo qui fut laissée à l’abandon suite à l’Indépendance du Bénin en 1960. Quarante ans plus tard, il ne restait que la moitié des 630 espèces arborescentes et des 6,3 hectares qui composaient le jardin. Pour préserver ce patrimoine naturel et culturel, implanté en plein cœur de la ville, l’EPA, en collaboration avec la Direction de l’Agriculture (DAGRI) et la ville de Porto-Novo, en devint le gestionnaire en 1998. Un lieu de vie et de savoir Le JPN est, non seulement un lieu historique qui fait partie du patrimoine mixte (naturel et immatériel) du Bénin, mais aussi un nouveau type de musée qui se veut un lieu d’éveil et de recherches, un support didactique, un observatoire sur la nature et un centre de divertissement et de repos. Afin de préserver cet environnement et de le mettre à la disposition de la communauté, le JPN agit comme un lieu d’écocitoyenneté grâce à la mise en place de parcours pédagogiques et à la vulgarisation de 14 essences locales acclimatées. Le JPN conseille aussi les écoles pour la création d’associations écologiques au sein de leurs établissements. C’est un lieu de rassemblement pour les jeunes. Tout au long de l’année, des animations les regroupent autour du patrimoine du JPN : concerts, pièces de théâtre et ateliers.

Copyright © 2020 Ecole du Patrimoine Africain - Tous droits réservés Designed by JoomlArt.com. Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public